ET SI CE QU’ON METTAIT DANS NOS PANIERS ICI POUVAIT COMBATTRE LA FAIM LÀ-BAS ?

Paris, le 19 octobre 2020,

DANS LES PAYS DU SUD, DES CENTAINES DE MILLIERS DE PERSONNES N’ONT TOUJOURS PAS LES RESSOURCES NÉCESSAIRES POUR SE NOURRIR CORRECTEMENT CAR LES SYSTÈMES ALIMENTAIRES MONDIAUX SONT DÉFAILLANTS. ACTION CONTRE LA FAIM COMBAT CES DYSFONCTIONNEMENTS AU QUOTIDIEN MAIS LE POUVOIR DE FAIRE CHANGER LES CHOSES EST AUSSI ENTRE VOS MAINS. CE QUE NOUS MANGEONS ICI PEUT AUSSI FAIRE RECULER LA FAIM LÀ-BAS : CONSOMMER LOCAL, ÉTHIQUE ET RESPONSABLE, C’EST UN ACTE DE SOLIDARITÉ QUI CONTRIBUE À TRANSFORMER LES SYSTÈMES ALIMENTAIRES À TRAVERS LE MONDE. 

La crise du Covid-19 a révélé les dysfonctionnements des systèmes alimentaires mondiaux. 690 millions de personnes souffrent encore de sous-alimentation dans le monde et des centaines de milliers d’individus dans les pays du sud n’ont pas toujours les moyens d’acheter ou de produire certains aliments nécessaires à leur alimentation. Si la crise sanitaire a été révélatrice des failles existantes, la pénurie et les difficultés d’accès sont durables et s’intensifient.  

LES FAILLES DES SYSTÈMES ALIMENTAIRES

Les évolutions de nos modes de consommation n’auront malheureusement pas un impact direct sur l’exportation de produits subventionnés des pays du Nord vers les pays du Sud (laitblépoulet congelé…). En revanche, les agricultures du monde entier, dans un système d’échanges globalisés, sont interdépendantes. En réduisant notre consommation d’aliments produits dans des conditions d’exploitation des ressources naturelles dans les pays du Sud, on soutient un système alimentaire plus vertueux. 

Les fruits et légumes dédiés à l’export exclusivement et dont nous pourrions peut-être nous passer sont nombreux : tomates, avocats, fruits « exotiques »… Consommer moins de produits importés, c’est donner la possibilité à chaque population de consommer localement, sainement et d’avoir accès aux produits dont ils ont besoin pour leur sécurité alimentaire. 

NOTRE ACTION POUR UNE AGRICULTURE DURABLE 

Action contre la Faim agit au quotidien pour transformer les politiques agricoles et alimentaires au niveau international, européen et national. Nous militons pour une transformation globale des systèmes alimentaires pour les rendre plus durables, résilients et justes.  Ces actions impactent les réglementations et les politiques publiques et donc les grandes entreprises de l’agroalimentaire qui doivent adapter leurs pratiques en conséquence. 

Par exemple, nous poussons pour la reconnaissance au niveau international d’une définition ambitieuse de l’agroécologie paysanne en participant aux négociations du Comité sur la Sécurité Alimentaire de la FAO (Food and Agriculture Organization), une instance qui donne la marche à suivre aux Etats pour transformer leurs agricultures et assurer le droit à l’alimentation.  

Action contre la Faim vérifie aussi que la France, à travers les fonds qu’elle dédie à la solidarité internationale soutient bien des systèmes alimentaires justes et durables, afin que de l’argent public n’arrive pas entre les mains de grandes multinationales de l’agro-alimentaire qui non seulement n’en ont pas besoin, mais participent de surcroit à l’expansion de systèmes alimentaires non vertueux. 

En parallèle, pour répondre aux besoins des personnes impactées par les failles des systèmes mondiaux, nous aidons les populations vulnérables à retrouver une autonomie alimentaire dans 38 pays.  

Ces articles pourraient également vous intéresser :